Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 22:45

 


Toutes les sociétés sont organisées autour de principes fondamentaux qui en inspirent le fonctionnement et les institutions.


En France, pays démocratique, ces principes sont la Liberté, l’Egalité, la Fraternité ainsi que la Laïcité et le respect des droits de l’Homme.

Ce sont ces principes qui dirigent nos législateurs dans la rédaction des lois qui vont organiser la vie de notre société. Et même si les hommes changent les lois au cours du temps pour s’adapter à l’inévitable évolution des choses , les principes eux, ne changent pas et continuent à nous guider car ils sont maintenant l’essence même de la société française, constitutifs de son identité au même titre que sa culture.


Tant qu’une société veut continuer à exister, l’affirmation et la défense de ses principes fondamentaux et la transmission de ceux-ci aux générations futures est indispensable, chaque société trace ainsi avec les lois la ligne rouge qui sépare ce qui est permis de ce qui ne l’est pas, de ce qu’il est bon d’enseigner et de ce qui ne l’est pas.


La République française comme toute les autres sociétés a aussi tracé cette ligne rouge, elle passe par le code pénal pour les délits et par le code de l’éducation pour l‘enseignement.


Cette ligne rouge si elle est tracé au bon endroit, protège la société, ses institutions et la nature républicaine de celles-ci de ce qui peut leur porter atteinte et en menacer l’existence.
Au-delà même de ceci, la ligne rouge de la Loi est une affirmation des principes humanistes et démocratiques qui régissent notre mode de vie et notre civilisation.


Vu la complexité de nos sociétés modernes, des interactions internationales ou européennes auquel est soumis notre système législatif, et des influences culturelles et religieuses diverses qui secouent actuellement l’ensemble , il est bien difficile de définir avec exactitude là où doit passer la ligne rouge dont notre avenir commun dépend.


Mais sans vouloir préjuger de là où la ligne rouge doit être placée par nos lois, force est de constater que son positionnement actuel n’est pas satisfaisant. Les principes républicains fondamentaux sont battus en brèche sur le sol même de notre pays par une idéologie totalitaire anti démocratique dont les représentants agissent au vu et au su de tous et dans l’impunité quasi absolue.


Une idéologie importée par les grandes vagues migratoires des cinquante dernières années, mais qui dépasse maintenant largement le cadre d’un problème uniquement lié à l’immigration: L’islam.


Une idéologie soutenue financièrement par des dictatures étrangères et faisant sous couvert de religion, la promotion active de valeurs radicalement opposées aux nôtres.


A la Liberté, l’islam substitue la soumission à des écrits datant d’il y a 1400 ans

« Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu'Allah et Son messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir. » (Coran 33/36)

L’islam substitue ainsi à la notion du citoyen libre exprimant sa volonté souveraine par le vote, la notion d’un esclave irresponsable, puisqu’agissant sous la contrainte impérieuse d’une loi et de prescriptions (la Charia) sur lesquelles il ne peut agir sans risquer son âme (1). Que peut-il y a voir de plus opposé à la notion même de citoyenneté?


A l’Egalité et la Fraternité, l’islam substitue supériorité des hommes sur les femmes (2) et la discrimination systématique entre musulmans et mécréants, les musulmans étant autoproclamés d’une nature supérieure et voués à la domination universelle sur les mécréants impurs et détestés (3,4), ce qui ne peut que rappeler des époques, pas si lointaines, où des gens en bottes et casques d’acier basaient leurs prétentions à la domination, autoproclamées elles aussi, sur des critères raciaux.


A la Laïcité et au respect des droits de l’Homme, l’islam substitue le règne de la Charia qui organise la société sur des bases définies par le Coran et les prescriptions d’un prophète-dictateur esclavagiste et illettré.


L’existence de cette idéologie dans le monde est un fait, et nous ne pouvons en tant qu’individus, qu’en déplorer les conséquences sur tous ceux qui y sont soumis contre leur volonté. Toutefois, si la ligne rouge censée nous protéger de ce genre de chose était bien positionnée nous devrions être à l’abri des effets délétères de l’idéologie islamique au sein de nos frontières.


Or ce n’est pas le cas, qui peut aujourd‘hui tenter de le nier sans être ridicule?


Ce que l’on appelle aujourd’hui le « vivre ensemble » est en effet directement impacté par le positionnement de cette fameuse ligne rouge à un endroit qui laisse passer l’exacerbation des tensions religieuses, l’aggravation des actes et sentiments antisémites et homophobes, le recul des droits des femmes au fur et à mesure de la progression du port du voile islamique (qui est soit un véritable « marquage » des femmes et de l’espace public sous domination intégriste, soit l‘affichage ostentatoire d’une rupture d’avec les valeurs républicaines et françaises), et enfin toutes ces violences sociales directement ou indirectement générées par l’enseignement répétitif de textes promettant le paradis à ceux qui combattent et méprisent les « mécréants » qui les entourent(5).


Non, la ligne rouge ne nous protège plus, elle a laissé entrer en France ce qui dans l’islam est inacceptable, la preuve emblématique de cela est l’affaire Robert Redeker: un professeur de philosophie qui, pour avoir écrit un article dans un journal se retrouve sous le coup d’une condamnation à mort émise par un illuminé offensé par la teneur dudit article. Quelle importance, se demande-t-on, le fou éructant se trouve à l’autre bout de la planète et ne sommes-nous pas ici dans un pays civilisé?


Et pourtant, voici notre professeur obligé de se cacher et de vivre sous protection policière parce qu’en France se trouvent des personnes capable de mettre cette fatwa à exécution car ils adhèrent aux valeurs de l’islam et considèrent normal d‘assassiner les personnes exprimant une opinion qui leur déplait d‘entendre à propos de leur prophète.


Comment en est-on arrivé là?


Comment la République a-t-elle bien pu laisser les choses se dégrader à ce point dans notre pays?


Voltaire disait::

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire. "


Ceci bien sûr n’est valable que pour un contradicteur s’exprimant dans le cadre d’un débat d’idée civilisé, quand ce n’est plus le cas, il convient là encore de citer Voltaire:

" Que répondre à un homme qui vous dit qu'il aime mieux obéir à Dieu qu'aux hommes et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant?"



Il n’y a bien sûr plus rien à dire, c’est à police et à la psychiatrie d’intervenir.


Pour éviter d’en arriver là toutefois, il aurait peut être fallu placer clairement la ligne rouge des principes de la République entre les prêcheurs d’une idéologie islamique criminogène et nous.

Aujourd’hui la ligne rouge passe bien au large des mosquées (financées en partie par les contribuables) où l’on traite les non musulmans de « mécréants » (Koufar) et où l’on peut apprendre que les homosexuels et ceux qui quittent l’islam méritent la mort (6) (faut-il rappeler que mécréant est à non-croyant ce que « métèque » est à métis et « bougnoule » à arabe?)


Il n’est pas trop tard pour réagir, pour que nos législateurs fassent enfin passer la Charia et la promotion de l’islam politique aliénant, liberticide, haineux et discriminatoire au-delà de la ligne rouge de ce qui est tolérable dans notre pays et permettent à l’Etat d’agir concrètement en conséquence. Une action qui passera principalement par l’éducation mais aussi par d’autres moyens s’il le faut car c’est de trouble à l’ordre public et de la sauvegarde de nos institutions qu’il s’agit.


Les législateurs doivent se rendre compte que la barrière de la loi derrière laquelle ils croient la France en sécurité n’arrête en rien l’implantation progressive de la Charia tout simplement parce qu’elle s’installe par petites touches qui considérées isolément apparaissent sans conséquence nuisible sur notre société. Un étalage hallal dans un magasin, un foulard sur la tête, quelle importance?


Tous ces signes ont pourtant une signification, ce sont les marqueurs de la progression d’une idéologie qui considère la Démocratie comme une abomination et la Liberté de parole comme un crime dès qu’on critique l’islam (le CFCM (7) à l’instar de l’OCI (8) réclame régulièrement la pénalisation de la critique de l’islam), et seul un examen des textes de l’islam permet de s’en rendre compte.


Il est donc indispensable que la Représentation Nationale, dans le même esprit que ce que fait aujourd’hui la Commission Parlementaire dirigée par M. André Gérin sur la pratique du port de la Burqa, lance une étude exhaustive du contenu politique de l’islam afin de pouvoir placer la ligne rouge de la Loi là où il le faut pour protéger efficacement la France et ses citoyens et permettre à tous de vivre dans la concorde et la fraternité retrouvée, protégés des débordements intégristes qui empoisonnent aujourd’hui la vie de chacun, qu’il soit musulman ou pas.

 



Notes:

(1) (Coran: 4/14) « Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant. »


(2) (Coran: 4/34) « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, […]. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand


(3) (Coran: 3/110)
"Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. »

 

(4) (Coran: 9/68) « Aux hypocrites, hommes et femmes, et aux mécréants, Allah a promis le feu de l'Enfer pour qu'ils y demeurent éternellement. C'est suffisant pour eux. Allah les a maudits. Et pour eux, il y aura un châtiment permanent. »


(5) (Coran 9/124) " Ô vous qui croyez!
Combattez ceux des infidèles qui sont dans votre voisinage!

Qu'ils trouvent en vous de la dureté!

Sachez qu'Allah est avec les pieux."

Coran 33/36)

 

Le prophète a dit: “un jour des gens apparaîtront qui auront des pensées et des idées folles. Ils feront de bons discours, mais ils sortiront de l’Islam; leur foi ne dépassera pas leur gorge. Aussi, où que vous les trouviez, tuez-les, car au jour de la Résurrection il y aura une récompense pour ceux qui les auront tués.”


(6) (al-Tirmidhi, 1456; Abou Daoud , 4462; Ibn Maajah, 2561): Le prophète a dit : « Lorsque vous trouvez deux hommes accomplissant le péché de Loth (le péché d‘homosexualité), mettez-les à mort, le passif comme l’actif »


(7) Conseil Français du Culte Musulman.

 


(8) OCI: Organisation de la Conférence Islamique, organisation crée en 1969 regroupant 57 pays musulmans luttant (entre autre) inlassablement en faveur de la criminalisation de toute critique concernant l’islam.







Partager cet article

Repost 0
Published by Gandalf
commenter cet article

commentaires

Duchnock 22/04/2010 17:19


Oui, une ligne est plus que franchie ! Est-t'elle rouge. Il semble que oui. Il va falloir chasser l'islam de france, fermer des écoles coraniques et démolir des mosquées. On sera obliger d'y
arriver si l'on ne fait rien.


Présentation

  • : Le blog de Vérité, valeurs et Démocratie
  • Contact

Recherche

Les opinions émises sur ce site par les internautes n'engagent que leurs auteurs et ne représentent d'aucune manière l'avis de la rédaction de Vérité, valeurs et Démocratie. VV&D se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

VV&D vous répond !

 

Vous voulez en savoir plus sur un sujet donné ?

 

Nous vous répondons en vidéo.

 

question